Suivez-nous facebooktwitterrss

Dans la communauté lgbt

L’APGL explose en nombre d’adhérents et investit le débat public. Comme dans les années 68 sur l’identité de la femme et l’écologie, l’APGL dans les années 2000 ouvre le débat de l’inscription de toutes les configurations familiales dans la réalité juridique et sociale.

Dans la communauté lgbt
Dans la communauté lgbt

L’APGL explose en nombre d’adhérents et investit le débat public. Comme dans les années 68 sur l’identité de la femme et l’écologie, l’APGL dans les années 2000 ouvre le débat de l’inscription de toutes les configurations familiales dans la réalité juridique et sociale.

2. Essor des effectifs / Vivre le débat citoyen

1998-2001 : Eric Dubreuil et Martine Gross, coprésidents

Les gays et les lesbiennes qui ont des enfants dans un cadre homoparental ou qui souhaitent devenir parents sont désormais majoritaires à l’APGL : les hommes se tournent alors vers la coparentalité en majorité. Les femmes se partagent entre la coparentalité et le recours à l’insémination artificielle (Belgique, Pays-Bas). 10% se tournent vers l’adoption.

(700 adhérents en 1999)

L’APGL structure sa plateforme de revendications.

1998 :

  • 17 juin 1998 : l’intergroupe du Parlement européen, en charge des sujets de discrimination en Europe, reçoit le président de l’APGL pour une présentation.
  • 8 septembre 1998 : audition de l’APGL au sujet du Pacs à l’invitation des sénateurs Jean-Pierre Michel et Patrick Bloche.

1999 :

L’APGL élabore une charte de coparentalité pour accompagner les futurs coparents à réfléchir, anticiper et organiser la qualité de vie de leur(s) enfant(s).

  • 27 janvier 1999 : audition de l’APGL au Sénat en vue des débats parlementaires du Pacs.
  • 1er février 1999 : audition de l’APGL par le groupe de travail « Droit de la famille » créé par le gouvernement en vue de la préparation de la réforme du droit de la famille.
  • 14 octobre 1999 : audition de l’APGL devant la commission « Droits de l’homme » de l’Assemblée parlementaire du conseil de l’Europe.
  • 1-2 Octobre 1999 : seconde conférence internationale de l’APGL : « Parentés et différence des sexes ». 500 personnes au Forum des images, à Paris. Les actes paraissent sous le titre « Homoparentalités, état des lieux », en 2000 sous la direction de M. Gross, réédition enrichie en 2005 aux éditions Eres.
  • 15 novembre 1999 : adoption de la loi sur le Pacs.

2000 :

  • Janvier 2000 : propositions de loi élaborées par l’APGL pour une réforme du droit de la famille. De « la famille » au singulier aux familles plurielles. Envoi du document à tous les députés. L’APGL revendique de fonder la filiation sur l’engagement parental et non sur les liens biologiques. Elle préconise de favoriser l’accès à l’information sur les origines pour les enfants qui le souhaitent. L’APGL soutient également la résidence alternée dans les cas de séparation et le maintien des liens avec tous les parents, quel que soit leur statut légal ou biologique.
  • Novembre 2000 : audition de l’APGL devant le groupe interministériel sur l’autorité parentale.
  • Novembre 2000 : l’APGL demande à l’Union nationale des associations familiales (UNAF) de l’agréer comme association familiale.

 

Partager sur :

Soyez le premier à réagir

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.