Suivez-nous facebooktwitterrss

Les premiers pas

L’APGL a plus de 26 ans. Elle doit sa création à la motivation et à la ténacité de quelques-uns. Petite association d’environ 70 membres, elle connaît un essor fulgurant entre 1996 et 1999, passant de 70 à 600 adhérents en 3 ans !... ce n'était qu'un début...

Les premiers pas
Les premiers pas

L’APGL a plus de 26 ans. Elle doit sa création à la motivation et à la ténacité de quelques-uns. Petite association d’environ 70 membres, elle connaît un essor fulgurant entre 1996 et 1999, passant de 70 à 600 adhérents en 3 ans !... ce n'était qu'un début...

1. Les premiers pas : 1986-2000

A ses tout débuts, l’APGL est une petite association d’environ 70 membres, elle connaît un essor fulgurant entre 1996 et 1999, passant de 70 à 600 adhérents en 3 ans !

1986 :

Création de l’APG, « association des parents gays » par Philippe Frette. Celui-ci, candidat à l’adoption, essuiera un refus d’agrément en 1997 et sera le premier à aller jusqu’en Cour européenne des droits de l’homme. La plupart des adhérents sont alors des pères ayant eu des enfants dans un cadre hétérosexuel.

Même si le nombre d’adhérents est encore modeste, la volonté de se structurer et de fonder les bases des premières revendications est affirmée : la réflexion s’organise autour du mariage, de l’adoption par le second parent, de l’adoption conjointe. Créations de commissions : Internet, traductions d’études anglo-saxonnes publiées, documentation. Premières antennes locales en province. Notamment antenne du Nord.

1996 :

Pour les 10 ans de l’APG, l’association modifie son intitulé et devient l’APGL : « association des parents et futurs parents gays et lesbiens ». (environ 70 adhérents)

1997 : Visibilité et initiation d’un champ de recherche multidisciplinaire sur l’homoparentalité

En plein débat sur le contrat d’union civil (devenu le Pacs en 1999), les familles homoparentales deviennent de plus en plus visibles dans les médias : reportages, documentaires, émissions télé et radio.

A partir de 1997, la présidence devient une coprésidence mixte, pour environ 300 adhérents

RechercheMai 1997 : courrier à 300 unités de recherche (CNRS et universités) travaillant sur la famille, l’éducation, l’enfance, la parenté, la sexualité… pour leur exposer l’existence des familles homoparentales et leur demander si l’étude de ces familles fait partie de leurs projets de recherche. Didier Le Gall (sociologue), Anne Cadoret (anthropologue) sont les premiers chercheurs à répondre positivement.

Juin 1997 : première conférence internationale de l’APGL « Familles gayes et lesbiennes en Europe ».

Octobre 1997 : Invention du néologique « homoparental » lors de la publication du « petit guide bibliographique à l’usage des familles homoparentales et des autres ». Traduction des résumés de 250 références bibliographiques de travaux sur l’homoparentalité.

Un séminaire a toujours lieu, réunissant plusieurs fois par an chercheurs et étudiants ayant mené des travaux sur l’homoparentalité.

 

Partager sur :

Soyez le premier à réagir

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.