Suivez-nous facebooktwitterrss

Etats-Unis : La cour suprême se prononcera sur le mariage des couples de même sexe

La Cour suprême américaine tiendra des audiences dans deux cas qui lui permettront de se prononcer pour ou contre la constitutionalité du mariage des couples de même sexe.

La cour suprême des Etats-Unis se prononcera sur le mariage des couples de même sexe
La cour suprême des Etats-Unis se prononcera sur le mariage des couples de même sexe

La Cour suprême américaine tiendra des audiences dans deux cas qui lui permettront de se prononcer pour ou contre la constitutionalité du mariage des couples de même sexe.

Selon Reuters, la Cour suprêmetiendra des audiences le 26 mars prochain dans le cas de l'interdiction du mariage des couples de même sexe en Californie (connue comme la "proposition 8"). La cour pourra ainsi se prononcer sur la constitutionnalité du mariage des couples de même sexe. Le lendemain, la cour examinera un jugement par la cour newyorkaise qui s'oppose à une partie importante de la "Defense of Marriage Act" (DOMA) - une loi fédérale qui refuse des droits aux couples de même sexe mariés. Bien que le mariage des couples de même sexe soit légale à New York, cette loi restreint certains droits sociaux aux couples gays et lesbiens mariés. Des entreprises se sont opposés à la DOMA qui n'est non seulement discriminatoire mais crée également des difficultés pour les employeurs qui sont obligés de mettre en place des systèmes de discrimination couteuses de leurs salarié.e.s en fonction de leur orientation sexuelle.

48% des Américain.e.s seraient favorables au mariage pour les couples gays et lesbiens

Sur les 50 états américains seuls neufs états ont légalisé le mariage des couples de même sexe, dont trois lors des dernières élections en novembre dernier. Le Président américain, Barrack Obama, s'était prononcé en mai dernier en faveur du "mariage homosexuel". Selon une étude récente, citée par Reuters, 48% des Américain.e.s seraient favorables au mariage pour les couples gays et lesbiens.

A lire sur Reuters (en anglais).

 

Partager sur :

Soyez le premier à réagir

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.