Suivez-nous facebooktwitterrss

La Croix : Adoption, ce que va changer la loi sur le mariage pour tous

La Croix publie un article sur l'adoption et les effets de la loi ouvrant le mariage et l'adoption à tous les couples. Pour le quotidien, "les demandes déposées par des couples homosexuels ne devraient pas provoquer de bouleversements majeurs".

L'adoption des couples homosexuels n'aura pas de grandes conséquences sur l'adoption des couples hétérosexuels
L'adoption des couples homosexuels n'aura pas de grandes conséquences sur l'adoption des couples hétérosexuels

La Croix publie un article sur l'adoption et les effets de la loi ouvrant le mariage et l'adoption à tous les couples. Pour le quotidien, "les demandes déposées par des couples homosexuels ne devraient pas provoquer de bouleversements majeurs".

Le journaliste rappelle que depuis quelques années "la tendance est de toute façon à la réduction du nombre d’enfants adoptables à l’étranger". Ainsi, le chiffre est tombé de 4000 adoptions à l'étranger en 2005 à 1600 en 2012. "L’une des principales raisons de cette évolution étant que les pays d’origine deviennent eux-mêmes des pays adoptants, conséquence des conventions internationales et de l’augmentation du niveau de vie".

Doan Luu, APGL : À l’international, la demande est possible en théorie mais nous sommes lucides et mettons nos adhérents en garde. L’APGL pronostique donc que les demandes se concentreront au niveau national.

Doan Luu, porte-parole de l'APGL, était interviewé par le quotidien. Il rappelle que si l'adoption à l'international est possible en théorie pour les couples de même sexe "nous sommes lucides et mettons nos adhérents en garde". "Les pays “gay friendly” pour l’adoption sont rares. On peut déposer des demandes en Afrique du Sud, dans quelques États du Brésil et des États-Unis, mais c’est marginal."

"L’APGL pronostique donc que les demandes se concentreront au niveau national. Dans chaque département, les dossiers des couples homosexuels mariés rejoindront ceux des couples hétérosexuels et des célibataires. Comment seront-ils considérés par les « conseils de famille », qui regroupent des représentants du département, des associations familiales, des associations de pupilles et anciens pupilles ? C’est toute la question. L’exemple belge n’est pas concluant. Alors qu’en Wallonie, sur 33 adoptions « nationales » effectuées en 2012, un seul enfant a été confié à un couple homosexuel, en Flandre, la répartition était quasiment égale entre les couples hétérosexuels (16) et homosexuels (14). L’une des explications de cette forte proportion serait l’arrivée à terme de procédures ayant été entamées lors de la légalisation, en 2007-2008."

La Croix, "Adoption, ce que va changer la loi sur le mariage pour tous"

Partager sur :

Soyez le premier à réagir

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.