Suivez-nous facebooktwitterrss

Des enfants comme les autres

L’association DECLA regroupe des adultes issus de familles homoparentales. Nous publions une contribution de DECLA à un groupe de travail d'Irène Théry dans le cadre de l'élaboration de la future loi sur la famille.

des enfants comme les autres...
des enfants comme les autres...

L’association DECLA a été créée en avril 2012 lors de la campagne présidentielle. Elle regroupe des adultes dont la particularité est d’être issus de familles dites «homoparentales» et plus largement des adultes qui ont un ou plusieurs parents homosexuels, avec des compositions familiales très variées : familles recomposées ou élargies, projets de co-parentalité, de PMA, de GPA, familles avec deux mères, deux pères… En somme, autant de famille que d’individus.

Nos objectifs étaient les suivants :
• Créer des espaces de parole et d’échanges.
• Montrer que nous existons et que l’homoparentalité n’est pas un phénomène récent.
• Déconstruire les discours homophobes à l’encontre de nos parents (discours qui nous ont fait violence de longs mois).
• Témoigner de la diversité de nos familles.
• Faire entendre et respecter notre parole en ne laissant pas les opposants à l’égalité parler à notre place comme cela a souvent été le cas.

Très vite, nous avons rencontré des enfants d’homos qui avaient participé à des projets comme le livre « Fils de.. », le reportage « Mes parents sont homos », etc. Puis chacun a participé à sa manière aux débats, « Blog Enfants d’homos », page facebook de « DECLA », « Alberomio, mon arbre » et d’autres encore. Enfin, certains d’entre nous ont eu l’honneur de participer à l’audition parlementaire qui a permis de faire entendre largement notre voix.

Pour beaucoup d'entre nous, « DECLA » ou « Enfants d’homos » sont des entités créées par le débat sur la loi (et avant, par celui sur le PACS). Avant cela, nous ne nous posions pas la question, c'était notre quotidien, notre vie, tout simplement. Pour les plus âgés c’étaient aussi une façon de rendre hommage à leurs parents «invisibles», ceux que la société a tellement rejeté que parler de leur homosexualité auprès de leurs propres enfants était tabou.

La loi sur le mariage élargi aux personnes de même sexe nous parait encore insuffisante pour répondre aux inégalités de droit des enfants

En l’état, la loi sur le mariage élargi aux personnes de même sexe nous parait encore insuffisante pour répondre aux inégalités de droit des enfants issus de ces couples:
• la loi introduit une différence entre enfants de couples mariés et non mariés (sommes-nous en train de construire de nouveaux « bâtards » ?).
• la loi dit, de fait, que dans la situation ou un couple de femme a recours à la PMA (à l’étranger, encore !), notre mère non biologique n'est pas notre mère puisqu'elle doit nous « adopter » (or on n'adopte pas ses propres enfants !).
• la loi ne reconnaît toujours pas tous nos parents, ni tous nos beaux-parents. Une problématique que partagent de nombreuses familles recomposées.

Nos témoignages sont des revendications - ils mettent en lumière des situations qui échappent à la législation

Notre association n’a pas pour vocation de porter des revendications, laissant cette charge aux associations de parents comme « Arc en Ciel » ou « l’APGL » par exemple.
Pour autant, nos témoignages sont des revendications, car ils mettent en lumière des situations qui échappent à la législation. Des situations où des enfants ne bénéficient pas des mêmes protections que des enfants nés de parents hétérosexuels. Nous pensons que la loi doit correspondre à ce qui est, de fait, une réalité pour nous : reconnaître les parents que l'enfant a ou ceux que l’enfant aura, et ce pour sa sécurité. Pour étayer votre réflexion, voici quelques situations encore sans réponses :
• un enfant avec trois parents : Est-il possible de donner l'autorité parentale au trois sans qu'un parent doive y renoncer ?
• un enfant avec quatre parents (projet de co-parentalité par exemple): Pourquoi le père et la mère biologique seulement auront l'autorité ?
• un projet de parentalité pour deux femmes : possibilité pour deux femmes de reconnaître un enfant à la naissance ? La société reconnaît qu'un parent c'est bien autre chose que de la biologie. Pourquoi pas dans le cas d'un couple de même sexe ? Pour qu'un homme soit père il faut qu'il reconnaisse un enfant (« je veux être le père de cet enfant ») et que la mère biologique soit d'accord. Pourquoi ne pas faire la même chose pour une femme ?
• un enfant avec deux pères (projet de GPA à l’étranger ou adoption), c'est une réalité qui aujourd’hui doit être prise en compte.

Nous vous remercions vivement de l’attention que vous nous avez porté et nous espérons que nos échanges vous auront permis d’adopter un autre regard sur les réalités de nos familles.

Nous sommes adultes aujourd’hui et nous « racontons » nos familles avec fierté, faites que les enfants à venir puissent regarder leurs parents avec cette même fierté !
Mais surtout, que ces enfants comme les autres puissent être protégés comme tous les enfants !

Lyon le 25/11/20123

Pour DECLA
Pablo, Brune, Pierrot, Louise, Noé, Alexandre et les autres…

Contact DECLA : Page Facebook DECLA Lyon

Partager sur :

Soyez le premier à réagir

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.