Suivez-nous facebooktwitterrss

Marche des fiertés 2016 de Paris : l’APGL y défilera

L'APGL défilera une nouvelle fois à la marche des fiertés de Paris pour réaffirmer ses revendications pour l'intérêt des familles homoparentales et leurs enfants.

Marche des fiertés 2016 de Paris : l’APGL y défilera
Marche des fiertés 2016 de Paris : l’APGL y défilera

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, le 28 juin 2016.

Marche des fiertés 2016 de Paris : l’APGL y défilera

La marche des fiertés de Paris se déroulera le samedi 2 juillet. Evènement majeur en terme de visibilité et de militantisme; il reflète les revendications des associations LGBTQI. Trois semaines après le massacre d'Orlando, la marche aura un écho particulier ; un brassard noir sera porté en mémoire des victimes de cette tuerie [1], ainsi que de toutes les victimes des actes homophobes. De plus, dans ce contexte, des modifications du parcours de la marche ont été imposées par les autorités, pour assurer au mieux l’exercice démocratique de manifester et la sécurité des personnes [2].

L'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL) recommandera à ses adhérents de ne pas venir avec leurs enfants ; le défilé se fera sans son petit train. Mais comme depuis de nombreuses années, elle y défilera pour porter les revendications des familles homoparentales :
- Accès à la procréation médicalement assistée aux Françaises en couple ou célibataires ;
- Simplification des modes de reconnaissance de l’enfant par une reconnaissance simple en mairie par son parent non-statutaire ou "social", ce qui permettrait à ce dernier d’avoir le statut de parent légal de l’enfant ;
- Instauration de la présomption de parenté au bénéfice de l’épouse de la mère statutaire de l’enfant, ce qui remplaceraient utilement la requête d’adoption intrafamiliale, procédure judiciaire lourde et couteuse pour ces familles ;
- Adoption simple ou plénière de l'enfant d'un couple en dehors du mariage, afin de faciliter la reconnaissance des familles de fait qui ne sont pas mariées ou dont les parents sont séparés ;
- Facilitation de l'adoption simple de « l'enfant du conjoint », avant sa majorité, en cas de coparentalité, ce qui permettrait à l’enfant de sécuriser ses liens avec son/ses parent/s social/sociaux et permettrait de reconnaitre simplement des états de fait et donc le fonctionnement de nombreuses familles homoparentales.
- Organisation d’états généraux sur la gestation pour autrui, en confrontant les solutions trouvées dans d’autres pays et en donnant la parole aux personnes concernées, et en premier lieu les femmes porteuses.

L’APGL porte, parfois un peu seule, malheureusement, de telles revendications depuis des années et continuera de les porter haut et fort, même dans les circonstances actuelles, dans l’intérêt des familles, plus particulièrement des enfants, et dans la perspectives des élections de 2017.

Marie-Claude Picardat et Dominique Boren
Co-présidents de l’APGL


[1] http://apgl.fr/article/item/511-les-familles-homoparentales-francaises-aux-cotes-du-peuple-americain
[2] https://www.inter-lgbt.org/spip.php?article1372

Contact médias
Doan Luu : 06 16 66 56 91 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – www.apgl.fr

Partager sur :

Soyez le premier à réagir

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.