Suivez-nous facebooktwitterrss

L’APGL continuera de défendre les revendications des familles homoparentales auprès du nouveau gouvernement

A la suite de l’élection présidentielle, l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL) se félicite qu’une large majorité de Français.es ait fait le choix de rejeter la candidate du Front National, qui voulait supprimer les droits obtenus par les personnes LGBT au cours du précédent quinquennat [1]. Les familles homoparentales attendent maintenant du nouveau chef de l’Etat la poursuite des avancées en termes d’égalité des droits et des filiations pour les personnes LGBT.

L’APGL continuera de défendre les revendications des familles homoparentales auprès du nouveau gouvernement
L’APGL continuera de défendre les revendications des familles homoparentales auprès du nouveau gouvernement

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, le 22 mai 2017.

L’APGL continuera de défendre les revendications des familles homoparentales auprès du nouveau gouvernement

L’APGL rappelle l’importance des droits acquis pendant le quinquennat de M. François Hollande : mariage et filiation (adoption de l’enfant au sein du couple, et adoption conjointe d’un enfant), et reconnaissance institutionnelle des familles LGBT (admission de l’APGL dans les instances représentatives du mouvement familial : Union Nationale des Associations Familiales, Haut Conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge).

Un nouveau quinquennat commence !

L'APGL rappelle les positions prises par le candidat d’En Marche : lutte contre l’homophobie par la sensibilisation et la formation et la promesse d’avancer vers plus d’égalité ; ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes célibataires, après avis du Comité Consultatif National d'Ethique ; protection de tous les enfants par la reconnaissance de leur filiation à l’état civil [2]. L’APGL rappelle également son ouverture sur les questions touchant à l’homoparentalité et à la reconnaissance des nouvelles formes familiales [3].

En choisissant un Premier ministre de droite le président de la République a réussi à nommer, en la personne de M. Edouard Philippe, un député issu du rang de Les Républicains (LR) qui ne s’était pas opposé à la loi du mariage pour tous. Ce n’était pas facile !! Une autre exception est présente dans ce gouvernement, M. Bruno Lemaire qui n’avait pas non plus voté contre la loi Taubira. L’APGL voit dans ces choix une garantie du respect des droits acquis et s’en félicite. Elle rappelle cependant qu’en une tribune publiée le 11 février 2012, M. Philippe indiquait être opposé à l’ouverture de la PMA aux couples de femmes. L’APGL espère que tout comme Mme Nathalie Kosciusko-Morizet -à l’origine de cette tribune-, M. Philippe a changé d’avis sur ce sujet essentiel pour les familles homoparentales !

L’APGL espère également que d’autres ministres de ce gouvernement qui se sont montrés réservés voire hostiles au droit au mariage et à la filiation pour les couples de même sexe, comme l’agressif M. Gérald Darmanin issu du groupe LR, sauront se rendre à l’évidence et se reconnaitront dans les énoncés du président de la République rapportés par le journal Têtu : « On est en train de découvrir que la filiation peut-être naturelle ou construite". L’APGL espère que sa nomination à de hautes fonctions calmera M. Darmanin et le rendra moins hostile aux avancées sociétales soutenues par le président de la République.

L’APGL souhaite que le président élu n’oublie pas les engagements du candidat Macron en matière de famille, comme il l’a déjà fait vis à vis de l’égalité entre les sexes en ne respectant pas une véritable parité dans son gouvernement où les femmes sont écartées du poste de Premier ministre et des autres postes clés.

Elle regrette ne pas pouvoir, en l’absence d’un ministère des familles dûment identifiable, trouver d’interlocuteur immédiat pour faire entendre ses revendications. Elle demandera donc à être reçue rapidement par le Premier ministre pour éclaircir ces différentes questions et rappeler qu’elle invite le chef de l’Etat et son Gouvernement à prendre des mesures législatives, sur la base de ses revendications, pour mieux tenir compte de la réalité des nouvelles familles [4].

L’APGL œuvre depuis plus de 30 ans, elle continuera de défendre, dans l’intérêt des familles LGBT et de leurs enfants, les droits déjà acquis et poursuivra ses luttes pour en obtenir de nouveaux pour toutes les familles homoparentales.

Marie-Claude Picardat et Dominique Boren

Co-présidents de l’APGL

 

[1] https://www.apgl.fr/article/item/546-au-second-tour-dimanche-7-mai-un-seul-vote-possible-emmanuel-macron

[2] https://www.apgl.fr/article/item/548-lettre-emmanuel-macron-droits-lgbt

[3] https://www.apgl.fr/article/item/543-election-presidentielle-2017-enjeux-pour-les-familles-homoparentales

[4] https://www.apgl.fr/article/item/530-l-apgl-interpelle-les-candidat-e-s-a-la-presidentielle-de-2017

Contact médias
06 16 66 56 91 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – www.apgl.fr

Partager sur :

Soyez le premier à réagir

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.