Suivez-nous facebooktwitterrss

Les chiffres de l'adoption en France

Depuis la loi de 2013 ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe, plusieurs centaines de familles homoparentales ont tenté l'aventure de l'adoption.

Les chiffres de l'adoption en France
Les chiffres de l'adoption en France

Depuis la loi de 2013 ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe, plusieurs centaines de familles homoparentales ont tenté l'aventure de l'adoption. Toutes sont passés par l'évaluation et l'obtention du fameux agrément, délivré par le service spécialisé de leur département. Selon nos sources (adhérent.e.s, partenaires, départements, etc.) et nos observations régulières, près d'une centaine a finalement acceuilli un ou des enfant.s né.e à l'étranger et plus de 50 ont accueilli une pupille de l'Etat (enfant né France). C'est peu au rergard du nombre d'enfants à adopter chaque année mais c'est un constat de la possibilité de ce projet.

L'adoption d'un enfant est donc possible aujourd'hui en France et à l'étranger pour des couples de même sexe (et des célibataires LGBT+). La prise en compte des familles homoparentales et monoparentales par les profesionnel.le.s s'améliore, grâce notamment au travail de l'APGL au niveau national et dans les départements. Toutefois, le contexte de l'adoption tant en France qu'à l'étranger tend à décourager les candidats. Les chiffres globaux présentés ci-dessous l'explique en partie. 

Selon l'observatiore national de la protection de l'enfance (ONPE), au 31 décembre 2016, 982 pupilles de l’État étaient confiés en vue d’adoption tandis que 1 644 étaient pris en charge par les services de l'aide sociale à l'enfance (ASE) sans projet d’adoption. Au 31 décembre 2017, ils sont 952 confiés en vue d’adoption et 1 826 non confiés en vue d’adoption. 

 Graphique pupilles 2017

 A la même date, le nombre d’agréments en cours de validité s’élève à 12 162, un nombre en forte diminution (-14 % par rapport à 2016), poursuivant la baisse amorcée en 2007, qui s’explique par le contexte de diminution du nombre d’enfants à adopter 18, particulièrement au niveau international 19. On peut également être tenté de mettre cette baisse en lien avec les progrès faits en matière de fécondations médicalement assistées en France et la proportion chaque année plus importante de naissances grâce à l’assistance médicale

En 2017, la « durée d’attente » moyenne entre l’octroi d’un agrément d’adoption et le placement en vue d’adoption d’un enfant est de 3,2 années. Cette durée varie de 9 mois en Lozère à près de 7 ans pour le département de la Sarthe. Ces différences peuvent s’expliquer, pour les départements dont le délai est court, par le faible nombre d’agréments d’adoption en cours corrélé à un nombre d’enfants adoptables conjoncturellement important. Pour les autres départements, comme dans la Nièvre en 2017, peu d’enfants ont été proposés à l’adoption au regard des agréments en cours dans le département.

Carte France Pupilles taux departement-31dec2017

 Pour connaître la situation dans votre département, consultez les annexes rapport (à télécharger ci-dessous). Et pour échanger avec des familles en cours d'agrément et des familles adoptantes, rendez-vous sur le forum des adhéren.t.e.s.

Partager sur :

Soyez le premier à réagir

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.